En rêvant le carnaval des animaux

À partir des œuvres musicales Prélude à l’après-midi d´un faune, de Claude Debussy

et Le carnaval des animaux, de Camille Saint-Saëns

 

Dramaturgie, mise en scène, scénographie et marionnettes: Enrique Lanz

Création lumière: Maria Domenench

Construction des marionnettes et du décor: Etcétera

Coproduction: Etcétera et le Gran Teatre del Liceu, avec la collaboration de la Junta de Andalucía

 

Langue: Sans paroles

Durée: 50 min

Public: Tout public à partir de 3 ans

 

Imaginons le rêve d’un petit faune. Imaginons qu´il rêve d’animaux qui viennent de l’Afrique, de l´Asie, de l’Australie. Imaginons qu´il rêve d´animaux qui nagent, qui volent,

d´animaux grands et petits, lents et rapides, d´animaux de la ferme et d´autres préhistoriques, même d´animaux d´orchestre. Imaginons qu´il rêve de musique, avec une musique qui nous fera rêver. Imaginons un orchestre et un concert et rêvons de Claude Debussy et Camille Saint-Saëns.

Alors, nous serons dans la réalité: un concert envahi par l’humour et la poésie, par des animaux qui émergent de la musique et par onze musiciens jouant aux animaux, tout en interprétant quinze pièces musicales enveloppées par la fantaisie. Un enchaînement de surprises sans plus de logique que celle des rêves, sans autre argument que la musique, et rien d’autre qu’une foule d’animaux. Rêvons les yeux ouverts dans une atmosphère magique. Imaginons… Quel carnaval!

Le spectacle démarre en dévoilant au public le “rituel” qui précède un concert. Les onze musiciens arrivent au plateau par la salle avec leurs manteaux et leurs sacs. Devant le regard des spectateurs ils préparent leurs instruments, s’accordent, parlent… À partir de ces gestes quotidiens on bascule petit à petit dans l´irréel avec l’arrivée en scène d´une créature fantastique, le faune. Un bébé faune qui, dans sa sieste, se met à rêver. L´animal mythologique imagine alors des animaux réels: un lion, une poule et ses poussins, des hémiones, une tortue, un éléphant, des oiseaux, des poissons, des kangourous, un âne, un cygne, un dinosaure; tous les personnages de la partition de Saint-Saëns.

Parler aux enfants avec la sensibilité et le bon goût, tel que le fait Lanz, c´est parler un langage sans âge, un langage qui est pure magie scénique, technique artisanale…”

Jorge de Persia, dans La Vanguardia, 18 décembre 2004.

Diffusion du spectacle : Gran Teatre del Liceu (Barcelona), Teatro Fernán Gómez (Madrid), Teatro Arriaga (Bilbao), Teatro de la Maestranza (Sevilla), Palacio de la Ópera (A Coruña), Teatro Calderón (Valladolid), Festival Temporada Alta, (Girona), Théâtre de l´Archipel (Perpignan)

Prensa

Entre 2004 y 2007 este espectáculo giró por todo el país, haciéndose 162 representaciones. Este es un brevísimo resumen de la cuantiosa e importante repercusión en prensa que tuvo entonces el espectáculo.

Prensa reestreno  2014-2015

El país, “La magia de lo ancestral”, por Isabel Valdés Aragonés

El país, “Preludio a la siesta del León de la Metro”, por Javier Vallego

El mundo, Blog El escorpión, “La gran delicadeza”, por Alejandro Gándara

El mundo, Blog Fila Uno, “Los faunos sueñan con leones”, por Esther Alvarado

La razón, “La familia y otros animalitos”, por Miguel Ayanz

RNE, “El ojo crítico”, entrevista a Enrique Lanz por Laura Barrachina

Cadena Ser, “Hablar por hablar”, entrevista a Yanisbel Martínez por Elena Sánchez

RNE, Radio 5, “Educar para la paz”, entrevista a Yanisbel Martínez por Julia Murga

Radio 21, “Menudo Castillo”, entrevista a Yanisbel Martínez

La Clá, “Soñando el carnaval de los animales”,

A golpe de efecto, “Soñando el carnaval de los animales”, por Estrella Savirón

Cuba Contemporánea, “Cambio de año iluminado por los títeres”, por Amado del Pino

RZ100 Cuentos de Boca, “Música para niños: Soñando el carnaval de los animales”

Blog de una Madre desesperada, “Soñando el carnaval de los animales”

Vídeos y fotos

Ces images peuvent être agrandies et téléchargées sur Flickr


Pin It on Pinterest